Lâcher prise

On se dit souvent que la vie fait chier.

On doit affronter des obstacles qui nous découragent, qui nous ramènent souvent à la case départ.

On a l’impression que dès qu’on fait un pas en-avant, on en fait deux en-arrière.

On passe notre temps à chialer, moi la première.

J’ai souvent eu l’impression que la vie me testait, que je passais sans cesse un genre-de-test-poche-pour-lequel-j’avais-pas-les-connaissances-nécessaires.

Je voyais les journées comme des montagnes à escalader en attendant que le ciel me tombe sur la tête.

Puis, tout à coup, à force d’essuyer des échecs, je me suis dit « fuck off« .

Mettons que j’arrêtais d’essayer? Il se passerait quoi?

J’ai mis la switch à off et j’ai arrêté de vouloir être parfaite-parfaite-parfaite.

Sais-tu ce qui s’est passé?

J’ai réussi.

Après tant d’échecs, c’est le lâcher prise qui a été ma plus grande réussite.

J’ai mis mon pied à terre face à moi-même pis j’ai arrêté de m’écraser moi-même.

Personne me met de pression.

La seule personne qui le fait, c’est moi-même.

Donc, j’ai arrêté de m’empiler des briques sur les épaules et j’ai pris ça une journée à la fois.

Non seulement ça a libéré ma tête, mais ça a libéré mon coeur aussi.

C’est au moment où je m’y attendais le moins que j’ai permis à mon coeur d’accepter d’enfin dégager l’entrée.

Non seulement ça s’est passé comme un coup de vent entre dans un château de cartes, mais ça a aussi été facile.

Facile facile facile.

Parce que je pesais pas huit tonnes de brique.

Parce que, pour une fois, mes yeux étaient pas remplis de nuages d’orage.

Au contraire, il s’y est installé des étoiles qui brillent seulement plus fort quand ils se posent sur lui.

Avant d’être en duo, mon solo était solide.

Monté de A à Z avec de la persévérance et de l’amour inconditionnel.

Maintenant, on affronte la vie à deux.

On construit notre écosystème doucement, en se rappelant les raisons pour lesquelles on se tient la main.

On se bâtit un monde qui nous appartient, avec des bases assez solides pour survivre aux ouragans.

On se dit souvent que la vie fait chier.

Mais Dieu sait qu’on est chanceux d’être en vie.

Pis que si ça va pas, on a toujours l’option de se colorier un arc-en-ciel au-dessus de la tête.

Ou de tapisser les murs de notre appartement avec des photos de bébé Yoda.

C’est au choix.

Pis quand on est assez courageux et confiant pour confier la clé de-qui-on-est à quelqu’un d’autre, on sait que ça va bien.

Pis que si ça continue d’aller aussi bien, ben au pire, on se mariera.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s