Il pleut

Aujourd’hui, il pleut.

Une bonne vraie journée de pluie, un ciel gris, une odeur de feuilles mortes, une envie de rester couché plus longtemps que d’habitude.

Il pleut et les gouttes de pluie entament une course sur la fenêtre de ma cuisine, l’une après l’autre.

Elles courent après l’infini.

Un peu comme moi je cours après toi.

Quand je me suis levée ce matin, je me sentais paisible.

Ça faisait longtemps que ça m’était pas arrivé.

Je me sentais prête à entamer ma journée, à affronter la vie, pour une fois.

Je t’avouerais que dans les dernières semaines, mes matins étaient rough.

J’avais pas encore ouvert les yeux que j’avais déjà une bouffée d’anxiété qui m’étouffait. Alors je restais couchée, le temps que ça passe un peu.

Sauf que ça passait pas.

Pis je devais me lever quand même.

Aujourd’hui, ça va mieux.

Et vu que ça va mieux, j’ai pensé à toi.

À toi qui aimes pas l’automne, toi qui est un gars-soleil.

Je t’ai toujours un peu perçu comme ça.

C’est probablement quelque chose dans ton sourire qui fait le même effet qu’un rayon de soleil.

J’essaie de pas penser à toi trop souvent.

Tsé quand tu consommes trop quelque chose que t’aimes, tu finis par t’en tanner.

C’est la même chose avec mes souvenirs.

Je les ressors quand j’en ai besoin.

Pourtant, ce matin, ça m’a fait du bien de me fermer les yeux pis de voir les tiens.

J’ai eu envie de t’écrire pour te souhaiter une bonne journée.

Te dire que t’es beau pis que t’es capable.

Parce que t’es capable de tout si tu te donnes la chance.

J’ai aussi eu envie de te dire que j’aimerais que la vie arrête de s’acharner sur toi.

Que tu le mérites pas.

Je sais que desfois on finit par se dire qu’on mérite tout ce qui nous tombe dessus, moi la première.

Mais c’est pas le cas.

Pis je sais que tu le dis pas quand ça va pas.

T’encaisses pis tu gères.

J’admire ça de toi.

Mais c’est correct aussi de pas être correct.

T’es pas obligé d’être un gars-soleil tout le temps.

Tu peux être un gars-tempête aussi.

Tu peux être ce que tu veux, quand tu veux.

Aujourd’hui, il pleut.

Mais il a arrêté de pleuvoir dans ma tête.

Et j’aimerais ça qu’il arrête de pleuvoir dans la tienne aussi.

Un commentaire sur “Il pleut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s