Le monstre

Salut, toi.

Aujourd’hui je t’écris parce que c’est une journée spéciale.

C’est la Journée Mondiale de la Prévention du Suicide.

C’est une journée importante, je trouve.

Mais ça devrait l’être à tous les jours.

Je prends le temps d’écrire pour te dire que ça va aller.

La campagne de mon université s’appelle comme ça et je trouve que c’est pertinent comme slogan.

« Ça va aller ».

Peut-être pas dans les 5 prochaines minutes, ni même dans la prochaine semaine ou le prochain mois.

Mais je te promets que ça va finir par s’arranger.

On a souvent l’impression que nos problèmes sont permanents, éternels.

Que la douleur vive qui nous transperce la poitrine est là pour rester.

Mais c’est pas vrai.

Je prends aussi le temps de t’écrire pour te dire que je sais comment tu te sens.

Parce que j’ai été à ta place, moi aussi.

Même si tu te dis probablement que j’ai aucune raison.

Même si t’as l’impression qu’être malheureux, ça prend une méchante bonne raison.

Desfois, c’est ton cerveau qui te joue des tours.

Desfois, il y a un espèce de nuage gris qui s’installe au-dessus de ta tête pis il se met à pleuvoir constamment dans ton coeur.

La cause? Un petit débalancement chimique dans ton cerveau.

Ça se peut aussi que ça soit un mal de vivre.

Dans tous les cas, c’est pas normal que ta mère se lève la nuit pour venir voir si tu respires encore.

Pour venir s’assurer que même si t’as juste la peau sur les os, ton coeur continue de battre.

Je t’écris parce que j’ai déjà eu envie de mourir, moi aussi.

Pis j’ai eu la tête pleine d’idée noire pendants des mois, voir des années, avant d’en parler.

Mais l’important, c’est que j’en ai parlé.

J’en ai parlé parce que le monstre menaçait de m’avaler tout rond pis que même si je suis pas une princesse sans défense, ben j’étais pas capable de me défendre toute seule.

Le suicide c’est pas une option.

On me l’a répété souvent.

Et je te le répète à toi aussi.

C’est une solution permanente à un problème temporaire.

Donc si tu te bats contre un monstre qui est 50 fois trop gros pour toi, parles-en.

Je te promets que ça fait du bien.

Pis du bien, on en a tous besoin.

Alors prends soin de toi, s’il-te-plaît.

Aujourd’hui, mais surtout, à tous les jours.

Je t’aime.

xxx

May

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s