La fille qui écrit

Aujourd’hui, je me suis assise dans un café.

Toute seule.

Juste moi, mon ordi pis un chaï latté.

Je dis ça, mais il y avait une vingtaine de personnes autour de moi quand même.

Pourtant, je me sentais toute seule.

Pas mise à part, juste toute seule.

Seule au monde, quoi.

J’ai pris une gorgée de chaï-qui-était-divinement-bon pis j’ai soupiré.

Tellement fort que le gars assis à ma gauche a levé les yeux de son mémoire de maîtrise.

(Ouais, je l’ai observé un peu.)

Il devait se demander ce qui pouvait ben se passer dans mes pensées pour que j’aie l’air d’en vouloir autant à la vie.

Nos regards se sont croisés pis il a haussé un sourcil.

J’ai souri, mais juste un petit sourire en coin.

Il a pris ça comme une invitation.

« Es-tu correcte? »

« Oui, oui, ça va. C’est juste que je suis frue contre la vie de m’avoir donné autant d’idées que je suis incapable de mettre sur papier. »

« Me semblait aussi que t’avais l’air d’une fille qui écrit. »

« Ça a l’air de quoi une fille qui écrit? »

« J’sais pas trop. De toi. »

J’ai lâché un petit rire incertain.

Non mais, il vient tu de m’insulter ou de me faire un compliment?

« C’est un compliment, en passant. »

« Ah ben, merci. Je vais arrêter de te déranger avec mes soupirs, promis. T’as l’air pas mal occupé. »

Ça a été son tour de soupirer.

Notre conversation s’est arrêtée là, mais j’ai continué d’y penser.

Il trouve que j’ai l’air d’une fille qui écrit.

C’est la première fois que je l’entends, celle-là.

Parce que je porte des lunettes de nerd?

Parce que j’ai 100000 stickers sur mon Mac?

Parce que je suis ben ordinaire?

Pourtant, en le regardant lui, je me suis pas dit « ah ben oui, lui, il est clairement en neuroscience. »

Après cette courte, mais enrichissante discussion, j’ai ouvert une page Word pis je me suis mise à écrire.

Ou en tout cas, j’ai essayé d’écrire.

J’ai essayé d’écrire ce qui me passait par la tête, du mieux que je pouvais.

Mais le problème, c’est que je tombe très facilement dans la lune pis mes pensées se suivent pu.

Je me suis laissée distraire par la tempête de neige qui est en train de faire des ravages dehors.

J’ai regardé les gens qui essayaient tant bien que mal de se déplacer sur le trottoir sans tomber face première par terre.

J’ai regardé le p’tit couple qui buvait du chocolat chaud en se minouchant aux trois secondes (yark).

J’ai regardé la barista qui avait la broue dans le toupette.

Après, j’ai regardé ma réflection dans l’écran.

Retour à la case départ.

Une fille qui écrit.

Je me suis encore une fois questionnée sur ce que ça voulait dire.

Selon lui, j’écris quoi?

J’ai l’air d’une fille qui écrit des poèmes quétaines ou ben d’une fille qui travaille pour une revue littéraire?

« C’est dans tes yeux. »

« Quoi? »

« Tu te demandes pourquoi j’ai dit ça, hein? »

Touché.

« Ça me trotte dans la tête, oui… »

« Quand je suis arrivé, t’étais complètement dans la lune pis t’avais l’air d’être en train de rêver. T’as des yeux de rêveuse. Si tu rêves autant, c’est impossible que t’écrive pas. »

« C’est vrai que je vis un peu sur une autre planète. »

Finalement, il a raison.

Je suis une fille qui écrit.

Peu importe ce que ça veut dire.

Ah pis j’ai promis de lui envoyer mon prochain chef-d’oeuvre.

Merci, bel inconnu.

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s