​Le début de la fin

Je pense que je suis pas faite pour le monde d’aujourd’hui.

J’ai l’impression de venir d’une autre planète desfois.

Comme si je fittais pas vraiment dans le moule de ce que les filles sont supposées être.

Je me sens de trop, trop souvent, pis j’haïs ça.

J’ai essayé le dating moderne.

Je me suis lancée là-dedans à pieds joints, sans vraiment prendre le temps d’y penser.

Je me suis dit « ça fait tellement longtemps que j’ai pas daté, je vais m’essayer ».

Ouf.

Je savais pas dans quoi je m’embarquais.

Le dating moderne c’est swiper pendant des heures, comme si on magasinait des faces.

On juge tout.

Le sourire, les yeux, les cheveux, les mains, la description, l’âge, la distance.

C’est l’enfer.

On prend pas vraiment le temps de regarder comme il faut parce que anyways, des gars, il y en a l’infini sur les apps de rencontre.

Faque on swipe à gauche, on swipe à droite, sans jamais s’arrêter.

On sourit quand on reçoit un message, mais un peu moins quand le gars nous demande ils sont de quelle couleur nos sous-vêtements.

On veut un gars, mais en vrai , on en veut tu vraiment un qui vient de Tinder?

On dit qu’on veut une relation, mais on veut pas vraiment s’engager parce que ça va probablement finir en queue de poisson.

Faque on recommence.

On en swipe un, il est ben cute, pis après on se remet en question.

« Merde, il veut me voir, c’est tu vraiment ça que je veux? »

C’est un cercle infini de remise en question, le dating moderne.

On se remet en question, mais on remet aussi l’autre en question.

Par peur.

Par peur de l’engagement, mais aussi pas peur d’avoir mal.

Parce qu’il y a tu vraiment quelque chose de pire que de s’attacher pour se faire niaiser au final?

Je pense que je suis pas faite pour le monde d’aujourd’hui.

Parce que je suis trop sensible pour m’ouvrir à n’importe qui.

Parce que je suis pas capable de donner mon coeur pis mon corps aussi facilement.

J’ai essayé le dating moderne.

Pis quand je me suis regardée dans le miroir, je me suis presque fait peur.

« T’es qui toi? »

Elle est passée où la fille qui lisait des romans à l’eau de rose en rêvant à un prince charmant?

Elle est où la fille qui avait des standards élévés pis l’objectif de toucher les étoiles?

Honnêtement, j’en ai aucune idée.

Elle est probablement partie en même temps que l’espoir que j’avais de trouver le gars parfait.

Un gars parfait, ça existe pas.

Il faut se faire à l’idée.

Je pense qu’il est là mon problème.

J’ai pas envie de me contenter d’un gars random pour une nuit, histoire d’arrêter de me sentir toute seule pis d’avoir quelqu’un à coller.

C’est pas moi.

Pis si ça, c’est pas moi, je fais quoi?

J’en ai aucune idée.

Parce que je suis juste pas faite pour le monde d’aujourd’hui.

Une fois qu’on a souffert assez pour ne plus vraiment croire en l’amour, c’est dur de se relancer là-dedans.

Il faut prendre ça une étape à la fois.

Il faut réapprendre à faire confiance, même si c’est loin d’être facile.

Je suis pas capable de faire confiance à qui que ce soit.

Parce que je sais c’est quoi avoir mal.

Avoir tellement mal que t’as juste pu envie d’avoir des émotions.

Mais ça non plus, ça a pas marché pour moi.

On revient au début.

C’est un cercle vicieux duquel je peux juste pas m’évader.

Je suis pognée là-dedans.

Sans fin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s